Accueil > Détails - Art et mémoire: Jordi Mitjà
CatalanEspagnolFrançais Anglais
 

Museu Memorial de l'Exili

Evénement 

Titre:
Art et mémoire: Jordi Mitjà
Quand:
05.04.2011 - 10.07.2011
Catégorie:
Art et mémorie historique

Description

Jordi Mitjà, F de Frontière, 2007. 34', couleur + son.

 

Vidéo réalisée à Ixmiquilpan (Mexique, Hidalgo), où la communauté indigène Hñahñú organise et réalise une fausse traversée nocturne de la frontière comme stratégie de survie. Cette représentation leur sert de réclame touristique afin de développer le parc naturel qu’ils gèrent et d’arrêter, dans la mesure du possible, l’immigration vers les États-Unis. Ce « fake » (simulacre) est organisé à des milliers de kilomètres de la frontière réelle et, depuis quelques années, c’est une attraction touristique pour cette zone.

 

Jordi Mitjà (Figueres, 1970). Son travail, formellement hétérogène, plein de contenu et de critique sociale, à la fois sensible et poétique, de facture conceptuelle, trouve ses racines dans des images de la vie quotidienne que l’artiste enregistre continuellement. Il collectionne des expériences, des images, il invente des situations, fouille dans les archives et propose des actions afin d’examiner les réactions humaines les plus simples face à des contextes imprévus. Il extrait et formule de nouvelles créations à partir de la réalité soit par le biais d’un film, soit en créant des publications ou des objets. Ses propositions suscitent des questions sur l’individu, les comportements sociaux et l’art.

 

 

Ce travail de Jordi Mitjà sera présenté dans la section Art et mémoire, situé dans le hall de MUME, du 5 avril au 10 julliet 2011.

 

Art et mémoire. Propositions artistiques contemporaines 

 Cet espace – auquel a collaboré ponctuellement le collectif Maçart – se consacre à la présentation régulière de propositions artistiques contemporaines dont l’axe de travail est la relation entre l’art et la mémoire – individuelle et collective – associée à des faits historiques et politiques. C’est dans ce sens que l’on donne la priorité aux œuvres qui, à partir d’un regard documentaire, émotif et réfléchi, prennent en considération la fonction et l’influence que peuvent exercer la mémoire et la figure du témoignage dans la compréhension de l’histoire du XXe siècle comme dans la possible approximation critique de la complexité du monde actuel.