Accueil > Program. Culturelle > Historique > Expositions temporaires > Détails - Exposition "J'est un je", de Simeón Saiz Ruiz
CatalanEspagnolFrançais Anglais
 

Expositions temporaires

Evénement 

Titre:
Exposition "J'est un je", de Simeón Saiz Ruiz
Quand:
27.03.2010 - 23.05.2010
Catégorie:
Expositions temporaires historique

Description

 

Exposition "J'est un je", de Simeón Saiz Ruiz


 

Peintures des victimes des guerres des Balkans à partir d'images qui ont paru dans les médias.


Pendant les mois d'avril et mai, a été vu dans le musée commémoratif en exil l'exposition temporaire "J'est un je« Siméon Saiz Ruiz. Cette exposition présente une partie du projet en cours du même nom, "je J'est un." En particulier, il est une œuvre artistique par Siméon Saiz a commencé en 1996 et a continué jusqu'à aujourd'hui. Le prétexte de cette création artistique est la réalisation de peintures par les victimes des guerres des Balkans des années nonante à partir d'images qui a paru dans les médias. Apparemment, l'œuvre rappelle la guerre classique du dix-neuvième siècle, la peinture de grandes, qui reprend, toutefois, les ruptures stylistiques du XXe siècle.

 

Toutefois, l'opération va au-delà peinture. Siméon Saiz a créé un monumental et indispensable à la fois d'une esthétique et éthique. Il s'agit d'une démarche artistique que les questions de formes de représentation et des mécanismes communs et très présent dans la sphère publique en cours et expose également l'utilisation et la manipulation sont soumis à des conflits militaires et, plus particulièrement, le traitement visuel celui subi par les victimes, essentiellement des civils, dans le monde des médias et des communications. Il nous incite à nous, les spectateurs, sur notre «capacité» de vivre avec une telle barbarie. Le même Siméon Saiz a dit: "[...] si la première question qu'ils rejettent ces images est la suivante: qui a tué les gens en vedette? Une autre solution serait tout aussi pertinente: comment nous pouvons vivre avec ces images? "

 

Les peintures de cet artiste, par conséquent, nous fournir un regard pensif sur les images qui viennent de différents conflits civils qui ont été livrés sur le territoire de l'ex-Iusgoslàvia cours de la décennie des années nonante. Certaines images que pendant des années nous avons vu dans la presse et les médias audiovisuels, des colonnes de réfugiés, des cadavres, les blessés, mutilés ... Bosniaques, Croates, Serbes ou Albanais. Il ne faut pas oublier par exemple que dans le cas de la Bosnie, la guerre civile, les deux tiers de la population a dû prendre le chemin de l'exil. Sans doute, nous sommes confrontés à une production artistique qui est configuré à partir d'une esthétique exigeante et en soulignant les lacunes qui affectent la transparence de l'information, mais, comme vous le savez, la vie immergé dans un monde dans lequel nous sommes inondés par des images et de l'information.

 

«J'est un je" est le nom donné à la série de peintures. Un titre ambivalent vient de la faire tourner pour que Siméon Saiz a subi le fameux slogan du poète Arthur Rimbaud, "J'est  un autre". Bien que la phrase originale du siècle vingtième célèbre écrivain français reflète la dissolution du «je» dans la complexité de la modernité et de l'urbanisation et, par conséquent, à toujours conditionnée par des influences extérieures et de la diversité de la vie qu'il a laissé derrière le «certitudes» de la tradition, la devise investi, «J'est un je»  acquiert une autre signification double. D'une part, se réfère ironiquement les dangers posés par l'adoption d'un individualisme extrême et les exacerbations d'identité agressive dans un monde globalisé et en crise permanente de la fin du XXe et du début d'aujourd'hui, d'autre part, se réfère à la possibilité que l'individu est capable d'atteindre une autonomie critique au milieu du flot incessant d'images et de l'avalanche d'informations.

 

Les peintures de Siméon Saiz mettent en crise l'utopie hypothétique d'une communication transparente et aider la société à repenser la relation avec la connaissance des faits et des événements. En ce sens, la traduction étendue de photographies de journaux, fragments de nouvelles télévisées, dans certains tableaux dans lesquels l'image n'est pas nette, avec des distorsions abondante vue de l'observateur et le changement de couleur par rapport à l'original vous permet de congeler et de l'histoire de cube de lui faire à nouveau réapparaître à travers un regard aseptisé visuellement et invite donc la méditation sur la distorsion qui affecte le système de la réalité qui, souvent, se déguise en vertu de l'aspiration à l'objectivité et l'exactitude de communication de l'univers.

 

Les titres connotation aussi objective que, par exemple, «les victimes de bombardements serbes zone croate de Mostar hauts postes de Bosnie. (À partir de l'image sur TVE-1)» ou «Six enfants ont été tués à Sarajevo faite par le Lorsque les tirs de mortier en jouant avec leurs traîneaux sur la neige, le samedi 22 Janvier, 1994. (à partir de photo Reuters), en contraste avec un style de peinture qui défigure souvent la référence visuelle, de guider le spectateur vers la réalisation un exercice réflexif dans l'imagination. Une opération qui permet d'activer le potentiel de la critique le processus d'assimilation de la prolifération incessante de tant d'images qui circulent dans l'univers des médias. Ce qui peut aider à réduire la désensibilisation de la rétine et de la conscience, qui présentent souvent des téléspectateurs à l'incivilité et la souffrance de la souffrance des victimes des conflits armés et leurs conséquences.


Exposition du 27 mars au 25 mai de 2010.