Accueil > Program. Culturelle > Historique > Expositions temporaires > Détails - Exposition "Joan Jordà. La lumière gagnée"
CatalanEspagnolFrançais Anglais
 

Expositions temporaires

Evénement 

Titre:
Exposition "Joan Jordà. La lumière gagnée"
Quand:
04.12.2010 - 04.12.2010
Catégorie:
Expositions temporaires historique

Description

Exposició "Joan Jordà. La lumière gagnée"

 

 

Oeuvre recent de Joan Jordà

Commissariat: Sebastià Goday Cuixart

 

 

Né à Sant Feliu de Guíxols en 1929, Joan Jordà a traversé la frontière alors qu’il avait à peine 9 ans. Après être passé par plusieurs camps, il s'installe définitivement à Toulouse en 1945. Initialement peintre autodidacte, au fil des années il a créé une œuvre de grande valeur artistique dans laquelle confluent la dénonciation de la violence et les aberrations des pouvoirs totalitaires.


Vernissage: 4 décembre 2010.

Exposition du 4 décembre 2010 au 16 janvier 2011.

 

Fragment de la note de presse de l’exposition :

 

Une vision pénétrante et réflexive à propos de la condition humaine et de l’histoire du XXe siècle à travers la peinture. L’artiste Joan Jordà, exilé en 1939 et qui réside à Toulouse, présente au MUME un échantillon de sa dernière production picturale.

 

L’exposition, qui sera inaugurée le 4 décembre à midi, est l’occasion de voir un échantillon très significatif de la dernière production picturale de Joan Jordà. Sous le titre « Joan Jordà, la llum guanyada - Joan Jordà, la lumière gagnée », on pourra admirer une œuvre singulière d’un artiste catalan de l’exil.

 

Joan Jordà, né à Sant Feliu de Guíxols, n’avait que 9 ans lorsqu’il passa la frontière pour vivre définitivement en France. Il réside depuis de nombreuses années à Toulouse où, au fil des années, il créa une œuvre artistique d’une grande force évocatrice qui a la capacité de transmettre – à partir de sa trajectoire vitale marquée par l’exil de 1939 – le malaise et la brutalité associée à toute l’histoire du XXe siècle. C’est l’œuvre d’un homme qui, alors qu’il n’était qu’un enfant, souffrit, entre autres, les bombardements aériens sur Figueres de février 1939. En passant par la capitale de l’Alt Empordà, sur le chemin de l’exil avec sa mère et sa sœur, il fut le témoin de l’acharnement de la guerre sur la population civile. Le souvenir de cet épisode de violence extrême qu’il ressentit dans sa propre chair ainsi que d’autres moments désespérants de l’exil sont dans une bonne mesure perceptibles dans son style inclassable. On peut percevoir dans son œuvre les influences de créateurs tels que Goya, Otto Dix, George Grosz ou Henry Moore. Comme le signale Sebastià Goday, le commissaire de cette exposition, Joan Jordà réunit de nombreuses conditions pour exposer son œuvre artistique au MUME de La Jonquera, surtout parce que son travail artistique débouche sur une réflexion morale à propos de la barbarie qui ravagea le siècle dernier. Les effets des guerres, des déplacements forcés de la population, de l’expérience concentrationnaire, des dégâts provoqués par l’horreur sont particulièrement palpables dans la peinture poignante et pénétrante de Joan Jordà.

 

Cette exposition, qui sera la quatrième que réalise Joan Jordà en Catalogne – il présenta la première en 2000 –, est organisée en collaboration avec le Centre Joë Bousquet et son temps de Carcassonne. On pourra la visiter jusqu’au 16 janvier 2011.

 

 À l’occasion de l’exposition, le MUME et le Centre Joë Bousquet et son temps ont publié un dépliant qui reprend des textes de Sebastià Gogay, Jordi Font et René Pinies ainsi que la reproduction des œuvres exposées.