Accueil
CatalanEspagnolFrançais Anglais
 

GENOCIDE PROJECT. ESPACES D’EXCEPTION

Exposition GENOCIDE PROJECT. ESPACES D’EXCEPTION d'Eduardo Gómez Ballesteros

Du 7 setembre au 3 novembre 2019

CartellEduardo Gomez

 

PROJET GÉNOCIDE est un projet de recherche centré sur la pratique artistique. Les pièces d’art se nourrissent d’images d’archives de victimes de procès politiques violents, images recueillies dans les pays d’origine, et de photographies de lieux de torture, de réclusion et d’assassinat prises sur le fait. Une fois ces documents réalisés, le propos est de présenter le travail artistique effectué dans des pays différents de ceux auxquels fait référence le matériel documentaire, dans des musées qui se consacrent à la récupération et à la préservation de la mémoire afin de contribuer à la mise en exergue, la prise de conscience et la prévention de la violence.

           

Le matériel documentaire qui alimente ESPACES D’EXCEPTION a été rassemblé à l’occasion des expositions au Musée de la Mémoire et des Droits humains et à la Villa Grimaldi, au Chili, où l’on a recueilli des images de victimes, de bourreaux et de lieux de torture et d’exécution au cours de la dictature militaire dans ce pays entre 1973 et 1990.

Cette exposition se base sur des échiquiers en guise de terrain de jeu, de vie et de mort. Si quelque chose caractérise la situation des victimes, c’est bien le lieu qu’elles occupent dans  l’espace, l’impossibilité dans laquelle elles se trouvent  d’échapper à cet endroit, la sensation d’être condamnées à être piétinées comme le « reste des sols » témoins de leur douleur : héros et héroïnes de ces espaces d’exception de leurs droits et de leurs libertés. En outre, dans ce espace recréé, les victimes partagent la présence des bourreaux en tant qu’éléments nécessaires à la répression.

Il ne s’agit pas d’imiter la réalité, mais plutôt de la rendre visible ; de faire en sorte que le spectateur se pose des questions, de chercher à créer la polémique et de stimuler la conversation : à partir d’une œuvre artistique incommodante, de créer une expérience.

Dans les Musées de la Mémoire, toute pensée sur la violence doit commencer par le souvenir des victimes en accomplissant le devoir de reconnaissance envers elles ; elle doit aussi continuer à chercher l’universel dans le particulier, dans chacune des vies torturées, humiliées et éliminées. L’exposition ne tient pas à parler au nom de la victime, mais plutôt de faire en sorte que le silence résonne.  Selon les propres mots d’Adorno : « laisser parler la souffrance est le début de toute vérité ».

PLUS D'INFO:

https://genocide-project-artichokearte.blogspot.com.es

http://www.artichokearte.com/arte/plastica/genocide/genocide.html

https://www.facebook.com/GenocideProject/

Description de Genocide Project (Eduardo Ballesteros)